Augmentation de la participation des hispaniques sous-représentés dans la recherche sur la maladie de Parkinson et la génomique grâce à l’étude LARGE-PD
Retour aux blogs

Augmentation de la participation des hispaniques sous-représentés dans la recherche sur la maladie de Parkinson et la génomique grâce à l’étude LARGE-PD

Par Ignacio Fernandez Mata, Philippe Salles, Shilpa Rao, Miguel Inca Martinez, Nicolas Gutierrez, et Thiago Peixoto | Populations sous-représentées, Populations sous-représentées, Populations sous-représentées, Populations sous-représentées, Populations sous-représentées |
Author(s)
  • Ignacio Mata

    Ignacio Fernandez Mata, docteur ès sciences

    Clinique de Cleveland | Etats-Unis

    Ignacio est actuellement assistant à l’Institut de médecine génomique (GMI) qui fait partie de l’Institut de recherche Lerner (LRI), à la Cleveland Clinic Foundation et professeur assistant de médecine moléculaire à l’École de médecine Cleveland Clinic Lerner de l’Université Case Western Reserve.

  • Philippe Salles, docteur en médecine

    Centre de rétablissement neurologique de la Clinique de Cleveland | Etats-Unis

    Philippe est chargé de recherche au Centre de rétablissement neurologique de la Clinique de Cleveland. Il a effectué son internat en neurologie à l’université de Santiago et sa spécialisation dans les troubles du mouvement au Centre des troubles du mouvement (CETRAM), tous deux au Chili. Philippe a rejoint l’équipe de la Clinique de Cleveland afin de participer à la recherche […]

  • Shilpa Rao

    Clinique de Cleveland | Etats-Unis

    Shilpa est diplômée en biologie moléculaire (université Loyola à Chicago) et est en quatrième année de doctorat en médecine moléculaire à la Clinique de Cleveland. Elle a rejoint le projet LARGE-PD après avoir assisté à une présentation du Laboratoire Mata dans le cadre de ses études de doctorat. Shilpa est convaincue que la diversité est un élément indispensable qui est […]

  • Miguel Inca Martinez

    Laboratoire Mata | Etats-Unis

    Miguel est technicien de recherche et responsable du laboratoire au Laboratoire Mata. Il a étudié la biologie à l’université Nacional Mayor de San Marcos et a obtenu un master en génétique humaine à l’université Peruana Cayetano Heredia au Pérou. Miguel participe au projet LARGE-PD depuis 2012, dans le cadre duquel il travaille sur plusieurs maladies neurogénétiques, dont la maladie de […]

  • Nicolas Gutierrez

    Laboratoire Mata | Etats-Unis

    Nicolas occupe le poste de coordinateur II de la recherche clinique au Laboratoire Mata. Il a étudié les neurosciences et la psychologie à l’université Johns Hopkins d’où il a obtenu sa licence. Il a travaillé pour différents laboratoires de recherche avant d’intégrer le Laboratoire Mata. En tant que Colombien, il espère contribuer à la mission de LARGE-PD, qui consiste à […]

  • Thiago Peixoto

    Laboratoire Mata | Etats-Unis

    Thiago occupe le poste de chercheur post-doctoral au Laboratoire Mata depuis le mois d’avril 2021. De plus, il est titulaire d’une licence en informatique de l’université Federal de São João Del Rey et d’un master et d’un doctorat en bioinformatique de l’université Universidade Federal de Minas Gerais. Avant d’occuper ce poste, il a travaillé presque 10 ans au Laboratoire de […]

Lancé en 2005, le consortium de recherche latino-américain sur la génétique de la maladie de Parkinson (LARGE-PD) est la concrétisation d’une collaboration décentralisée de l’ensemble des pays d’Amérique latine dont le but est de mieux comprendre la maladie de Parkinson dans cette région du monde. Aujourd’hui, le consortium est présent dans 14 pays différents d’Amérique du Nord, d’Amérique centrale et d’Amérique du Sud et compte 37 sites qui s’emploient à recruter des participants et à accroître la participation des personnes hispaniques atteintes de la maladie de Parkinson à la recherche génétique.

La génétique humaine ainsi que les études épidémiologiques se sont révélées être des outils précieux pour mieux comprendre la physiopathologie moléculaire de la maladie de Parkinson. L’action de ce consortium permet la création actuelle de la première grande cohorte de personnes atteintes de la maladie de Parkinson et de témoins sains en Amérique latine. Elle permettra aux chercheurs d’étudier en détail les facteurs génétiques et environnementaux qui conduisent à la maladie de Parkinson. Cette démarche est particulièrement importante dans le cas des communautés hispaniques qui ont longtemps été sous-représentées dans la recherche génétique aux États-Unis.

En vue de combler cet écart, les participants à l’étude sont invités à fournir un échantillon de salive ou de sang afin d’extraire leur matériel génétique et d’en savoir plus sur les facteurs de risque génétiques qui jouent un rôle dans le développement de la MP chez les populations latino-américaines. Les études préliminaires conduites par notre équipe ont montré que les facteurs génétiques connus (issus majoritairement d’études sur des sujets européens) jouent un rôle mineur dans l’apparition de la MP chez les latino-américains, ce qui laisse penser que cette population pourrait être la clé de l’identification de nouveaux gènes impliqués dans l’étiopathogénèse de la maladie. Ce travail est essentiel pour mieux comprendre le déclenchement et la progression de la maladie, et pour être en mesure de proposer aux personnes d’origine latino-américaine un dépistage et des traitements mieux adaptés à leurs besoins réels.

En outre, les travaux incluent la collecte de données sur l’exposition aux facteurs environnementaux, ce qui peut nous permettre de déterminer si certains facteurs environnementaux spécifiques sont impliqués dans le développement de la MP chez les latino-américains. Les participants répondent à un questionnaire les interrogeant, entre autres, sur leur consommation de nicotine, d’alcool, ainsi que les sources d’eau dont ils font usage et leur exposition éventuelle aux pesticides et aux métaux lourds. De plus, d’autres questionnaires et les dossiers médicaux des participants fournissent des informations cliniques et démographiques, ainsi que des facteurs liés à la santé des femmes (pour les femmes hispaniques atteintes de la maladie de Parkinson).

Les sites d’Amérique du Sud et d’Amérique centrale recrutent activement depuis un certain temps déjà ; cette année, enfin, nous nous réjouissons d’annoncer qu’une cohorte américaine a été approuvée et que le recrutement est en cours par l’intermédiaire de la fondation de la Clinique de Cleveland (Institut de médecine génomique). Le recrutement se fait entièrement à distance, le processus de consentement est effectué par téléphone, les questionnaires sont distribués en ligne et par courrier électronique et les prélèvements sont recueillis par courrier postal. Les trousses de prélèvement de salive sont envoyées par courrier postal aux participants ainsi que tout support pédagogique complémentaire, sans frais pour le participant.

Si vous êtes une personne hispanique atteinte de la maladie de Parkinson, âgée de plus de 18 ans, vivant aux États-Unis et souhaitant participer, veuillez remplir le formulaire de recrutement ou nous contacter directement aux coordonnées ci-dessous. Les personnes de plus de 18 ans vivant aux États-Unis peuvent également jouer le rôle de témoins dans le cadre de l’étude.

Nous contacter : (216) 314-9014 [email protected] [email protected]